Rechercher

Le vieux meuble de mamie, partie 1 : le réemploi



Il y a ce vieux meuble chez mamie. Il trône dans le salon depuis votre naissance, ou peut-être même, selon ses dires, depuis la sienne. Je suis sûre que vous voyez exactement de quoi je parle. Bon, d’accord, peut-être que vous, il était dans une chambre ou dans la cuisine.


C’est souvent le meuble vitrine, celui qui contient la vaisselle en porcelaine de nombreuses générations de grands-mères cumulées, souvent la fameuse vaisselle (encore neuve) des Galeries Lafayette, qui ne connaîtra jamais les joies modernes du lave vaisselle.


Soyons francs : ce meuble, même si « c’est de la qualité comme on en voit plus aujourd’hui » et « qu’il a coûté une fortune », et c’est sûrement le cas, oui, ça n’enlève pas toutes ces arabesques, cette épaisse couche de vernis plus ou moins sombre qui le fait briller, même la nuit.


Vous voyez maintenant ? Quelques détails supplémentaires pour les plus sceptiques : il est imposant, c’est un de ces buffets aux pieds courbés avec lequel on s’est forcément brisé un orteil au moins une fois en étant enfant. Mais si, rappelez-vous ! C’était le 25 décembre au matin, au moment où l'on se précipite sous le sapin quand on apprend que le père Noël est passé (il n’était pas vraiment brisé, mais c’est ce qu’on a cru sur le coup). On est d’accord, ce meuble, on s’y est habitué, on n’y fait plus vraiment attention.


Mais vient le jour où mamie dit : « Ce beau meuble là-bas ma chérie, plus tard il sera pour toi. » Et là, instant de panique dans lequel on répond entre espoir et dénis : « De quel meuble tu parles exactement ? »

- Mais si tu sais bien, celui du salon ! »

Et là c’est grands frissons, tentative de fuite : « Oh non mais quand même tu devrais le garder, c’est gentil, mais je sais que tu y tiens beaucoup, et mon appartement est trop petit.

- Oui, mais pour dans ta maison, plus tard… »

Et c’est à ce moment là que les larmes viennent, larmes de désespoir, certes mais aussi de culpabilité : mamie est tellement fière de son meuble.


À partir de ce moment-là il y a trois possibilités : soit vous ne voulez tellement pas le meuble ni blesser votre grand mère que vous renoncez à vos rêves de grandes maisons ; soit vous jouer la carte de l’enfant parfait et merveilleux et installer le meuble dans votre salon (attention à vos orteils) ; soit vous blessez votre grand-mère et refusez son meuble, chose que vous réentendrez à chacune de vos visites. Clairement, c'est un dilemme un peu cruel.


Bon allez, c’est vrai qu’il existe d’autres possibilités, et j’ai raconté tout ça pour vous parler de l’une d'entre elles en particulier : le réemploi.


Parce que ces meubles sont souvent en bois, du beau bois d’arbre, du chêne, de l’être ou de l’ébène. On ne s’y attardera pas, mais si on peut éviter de couper un arbre aujourd’hui c’est plutôt chouette, et c’est possible. Il existe des entreprises spécialisées dans ce domaine, le réemploi du bois (et ce n’est pas comme le père Noël). Ils récupèrent de vieux meubles comme celui de votre mamie, et oui, parce que c’est le genre de meuble que l'on trouve à revendre dans les déchetteries.


Ensuite, selon la forme du meuble, le bois pourra être transformé en copeaux pour être reconstitué, ou totalement déligné pour obtenir des planches comme neuves, les mêmes que vous trouvez dans les magasins de bricolage, dans le but de fabriquer de nouveaux meubles tous beaux.


Chez Ebeun, nous avons récupéré un vieux meuble de mamie, et nous l'avons modernisé, pour qu'il passe d'un « vieux meuble qu'il faut absolument cacher » à un « meuble vintage à mettre en valeur » dans sa maison. C'est ce qui s'appelle le recyclage, et c'est ce que nous verrons dans la prochaine aventure du « vieux meuble de mamie ».






3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout